Le Midi Libre - evénement - La flambée des prix persiste

Edition du 8 Septembre 2019



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Fruits et légumes
La flambée des prix persiste
8 Septembre 2019

Entre la rentrée sociale et l’envol des prix de produits de large consommation, le citoyen démuni ne sait plus à quel saint se vouer.

Cette flambée des prix sans précédent, qui ne semble pas connaître de répit, donne le tournis aux ménagères. En effet, trois semaines après l’Aïd, les prix des fruits et légumes maintiennent la barre haute. Une hausse des prix qui affaiblit davantage le pouvoir d’achat des ménages, confrontés à une inflation galopante depuis déjà des mois. Une simple virée au niveau de quelques marchés confirme ce constat. La tomate a atteint 160 DA le kilo, alors que le prix de la pomme de terre est de 60 DA. Le prix d’un kilo de courgetteS a atteint les 160 DA, la carotte à 140 DA et l’oignon est cédé à 35 DA.

S’agissant du poivron, il est affiché à 120 DA le kilo, haricots à 160 quant à la salade, elle a aussi connu une augmentation, elle est proposée à 180 DA le kilogramme. Tout comme les prix des légumes, les prix des fruits sont hors de portée des petites bourses, fruit très prisé, la pomme a atteint la barre des 400 DA, les raisins à 150 alors que la banane est proposé à 300 DA. Même constat pour les viandes blanches. En effet, le poulet est cédé entre 390 le kg. La viande rouge n’échappe pas à la fièvre de la hausse. Son prix, a-t-on constaté, varie entre 1.800 et 2.000 DA/le kg. Les pères de famille affichent unanimement leur mécontentement face à ces hausses. Devant la cherté de ces produits qui ne sont plus à la portée ni des bourses moyennes, encore moins de celles de la couche démunie, les consommateurs optent pour un "service minimum", une option d’achat sans pour autant affecter leurs portefeuilles.

C’est ainsi que des pères et mères de famille optent pour une ourgette, une carotte et une poignée de haricots verts au lieu d’acheter un kilo de chaque produit. Une situation qui en dit beaucoup sur les difficultrés rencontrés, surtout dans un contexte où les inégalités se creusent, où l’individualisme vire à l’égoïsme. Tout le monde s’interroge où sont passés les pouvoirs publics ? Oui, où sont les contrôleurs des prix et les défenseurs du consommateur ?

Par : IDIR AMMOUR

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel