Le Midi Libre - evénement - Sidi Saïd rattrapé par la justice

Edition du 15 Mai 2022



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Ancien secrétaire général de l’UGTA
Sidi Saïd rattrapé par la justice
15 Mai 2022

Il était pratiquement un des rares très proche de la "Issaba" à avoir, jusqu’à présent, échappé aux mailles de la justice au point de susciter les interrogations de larges pans de l’opinion publique nationale sur cette "omission".

C’est désormais chose faite. L’ancien secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, a été placé en détention provisoire jeudi dernier.

Il est désormais incarcéré à la prison d’El- Harrach. De lourdes charges pèsent sur lui. Selon ce qui a filtré dans la presse nationale l’ancien homme fort de la centrale syndicale serait poursuivi dans plusieurs affaires où il lui est reproché d’avoir usé de pratiques en porte-à-faux avec la loi. C’est dans le cadre de la lutte contre la corruption que Sidi Saïd est finalement tombé, lui qui n’a jusqu’à présent pas du tout été inquiété par la justice alors que son nom n’a eu de cesse d’être évoqué ça et là pour, notamment, ses liens avec la "issaba" dont plusieurs têtes d’affiche croupissent déjà en prison depuis des années. L’information de l’incarcération de Sidi Saïd a été évoquée par plusieurs médias dans la soirée du jeudi dernier et qui s’est confirmée 24 heures plus tard par une dépêche de l’APS. Selon cette agence, qui a appris la nouvelle d’une source judiciaire, c’est le juge d’instruction près le tribunal de Sidi-M’hamed, à Alger, qui a ordonné, jeudi, le placement en détention provisoire de l’ex-secrétaire général de l’UGTA Abdelmadjid Sidi Saïd. Sidi Saïd avait comparu, précise cette dépêche, dans la matinée de jeudi, devant le procureur de la République près la même juridiction en compagnie de ses deux fils pour les auditionner sur des affaires de corruption. Le juge d’instruction a, par la suite, ordonné le placement en détention provisoire de l’ex-SG de l’UGTA et d’un de ses fils, alors que l’autre a été placé sous contrôle judiciaire. S l’APS ne précise pas les affaires de corruption dans lesquelles serait impliqué Sidi Saïd, d’autres sources médiatiques ont données plus de précisions.

En effet, selon Echoroukonline Sidi Saïd aurait usé de son influence auprès de deux entreprises publiques, Sonatrach et Mobilis, afin que l’entreprise de son fils puisse bénéficier de juteux contrats. D’ailleurs, selon toujours la même sources, un ancien P.-dg de Mobilis et d’autres cadres ont été eux aussi auditionnés par le juge d’instruction et placés en détention provisoire. Sidi Saïd, qu’on dit souffrant et malade, a quitté son poste de secrétaire général de l’UGTA en juin 2019 lors d’un congrès du syndicat. C’est Salim Labatcha qui lui a succédé. Sidi Saïd, qui n’a pas voulu se représenter pour un nouveau mandat dans un contexte marqué par les manifestations populaires du "Hirak", était à la tête de l’UGTA depuis 1997 où il a succédé au défunt Abdelhak Benhamouda assassiné par les terroristes .

Par : KAMEL HAMED

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel