Le Midi Libre - La 24 - La rencontre de la dernière chance

Edition du 20 Janvier 2022



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Can-2021 / côte d’Ivoire - Algérie
La rencontre de la dernière chance
20 Janvier 2022

Le sélectionneur de l’équipe nationale de football Djamel Belmadi, a déclaré mercredi que les "Verts" étaient "déterminés et motivés", pour tenter de battre la Côte d’Ivoire, jeudi au stade de Japoma à Douala (17h00), et arracher leur qualification aux 1/8es de finale de la 33e Coupe d’Afrique des nations CAN-2021 (reportée à 2022) au Cameroun (9 janvier - 6 février). "Nous sommes conscients que tout le monde s’attend à une bonne réaction de notre part. C’est à nous de nous racheter, et prouver nos qualités sur le terrain.

On n’est pas loin d’atteindre notre objectif, il nous suffit juste d’être plus tueurs devant les buts. Nous sommes déterminés et motivés. J’ai confiance en mes joueurs. Peu importe l’adversaire, le plus important est de gagner", a indiqué Belmadi, lors d’une conférence de presse d’avant-match, tenue au stade de Japoma. Avec un seul point au compteur, au terme des deux premières journées (Gr.E), les Verts n’auront plus droit à l’erreur, s’ils ne veulent pas quitter la compétition précocement, et de là échouer à poursuivre la défense de leur titre décroché en 2019 en terre égyptienne. Belmadi :"Déterminés et motivés pour gagner" "ça aurait pu être une finale du tournoi, un peu comme l’avait été notre match en 2019 face au Sénégal. Deux grandes nations qui s’affrontent. En espérant que ça sera un beau match", a-t-il ajouté. Interrogé sur le début laborieux des champions d’Afrique dans cette 33e édition, Belmadi a de nouveau déploré le manque d’efficacité en attaque. "Sur les deux rencontres, l’Algérie n’était pas méconnaissable. C’était une équipe nationale inefficace, qui a joué de malchance, on n’a pas pu concrétiser les occasions qu’on a pu avoir. Lors du dernier match face à la Guinée équatoriale, on misait tout sur la victoire, c’est anecdotique, on a pris un but, presque gag". Et d’enchaîner : "J’ai 100% confiance en mes joueurs, c’est évident.

On peut parler jour et nuit mais le plus important se passe sur le terrain. On doit battre n’importe quelle équipe qui arrive. J’espère qu’on le montrera demain InchAllah". Belmadi a parlé d’une "situation d’urgence", pour essayer de renverser la tendance jeudi, et arracher la qualification pour le prochain tour de la compétition. "Nous devons gagner, si on veut continuer à exister. Pour le faire, contre une grosse équipe ivoirienne, il doit y avoir une stratégie, un plan de bataille, selon les qualités collectives et individuelles de l’adversaire. Sur l’aspect psychologique, il y a une situation d’urgence, car si tu ne gagnes pas, tu es éliminé. Il y a des calculs, une pressions, mais ça doit être positif, c’est un challenge. Nous avons toujours répondu présent, ce n’est pas nouveau. à nous de prouver qu’on a des qualités psychologiques et morales". "J’ai toujours été dans le dur" Dos au mur, l’équipe nationale est appelée plus que jamais à puiser dans ses ressources pour s’extirper de cette mauvaise posture, et poursuivre son aventure dans la quête de la défense de son titre. En dépit de cette situation complexe, Belmadi reste serein, rejetant l’idée d’être face au plus difficile rendez- vous depuis son arrivée sur le banc en août 2018. "Ca fait déjà trois ans que c’est difficile. Faire une finale de la CAN est difficile aussi. Demain ça ne sera pas facile, mais même dans nos matchs de préparation j’ai toujours eu le sentiment qu’on jouait nos vies. Tous les matchs que j’ai eus avec la sélection ont été difficiles, notamment au début, quand nous étions dans une situation peu reluisante. J’en ai eu des matchs couperets auparavant. Il n’y a rien de nouveau pour moi, en tant que coach je dois assumer les décisions.

J’ai toujours été dans le dur. J’avais accepté de venir alors que j’étais tranquille chez moi au Qatar, mais j’avais accepté de relever le défi, car j’aime mon pays. Je vis avec cette pression-là, car je l’ai voulu". Concernant l’adversaire, dont ce sera le 23e duel face à l’Algérie, toutes compétitions confondues, Belmadi a indiqué que les "Ivoiriens" cuvée 2022 sont différents de ceux qui avaient affronté l’Algérie, en quart de finale de la CAN-2019 en égypte (1-1, aux t.a.b : 3-4). "La Côte d’Ivoire a changé par rapport à celle que nous avons affrontée en 2019, avec de nouveaux joueurs et un nouveau sélectionneur. Nous sommes devant une autre situation, d’autres circonstances. Le socle est toujours là mais la moitié de l’équipe a changé. On ne peut pas toujours rester dans le passé même si on peut en apprendre". Enfin, Belmadi s’est abstenu d’évoquer l’état de la pelouse, très contestée, du stade de Japoma, alors que le Comité local d’organisation a décidé de maintenir cette rencontre à Douala, rejetant une demande délocalisation formulée par la Fédération algérienne (FAF). Au terme de la 2e journée, la Côte d’Ivoire occupe la tête du classement avec 4 points, devant la Guinée équatoriale (3 pts). La Sierra-Leone suit à la 3e place (2 pts), alors que l’Algérie ferme la marche avec un seul point. Les deux premiers de chaque groupe ainsi que les quatre meilleurs troisièmes se qualifieront aux huitièmes de finale de la CAN-2021. Mahrez : " Je crois en la qualification "

-Le capitaine de l’équipe nationale de football, Riyad Mahrez, s’est montré rassurant et serein, à la veille du match décisif face à la Côte d’Ivoire, jeudi au stade de Japoma à Douala (17h00), comptant pour la 3e journée (Gr.E) de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2021 (reportée à 2022) au Cameroun (9 janvier – 6 février). " Nous sommes prêts et motivés. Toute la nation est dernière nous. Tous les feux sont au vert pour réussir et on mérite de se qualifier au prochain tour, mais on doit le montrer sur le terrain. Je n’ai pas envie de perdre et rentrer chez moi. Je crois en la qualification. Je ne peux pas vous dire qu’on va gagner mais je vous garantis qu’on va tout faire pour. Je suis confiant et j’espère rester ici plus longtemps", a indiqué Mahrez, lors de la conférence de presse d’avant-match tenue au stade de Japoma. L’équipe nationale, tenante du titre, a complètement raté ses débuts dans cette 33e édition, en se faisant d’abord accrocher d’entrée par la Sierra-Leone (0-0), avant de concéder une surprenante défaite devant la Guinée équatoriale (0-1). Avec un seul point au compteur, les " Verts" devront impérativement battre les Ivoiriens pour

espérer valider leur ticket pour les 1/8es de finale. " La pression? Nous vivons avec, on l’a toujours. Mais il s’agit d’un peu plus de pression au vu de notre situation compliquée au sein du groupe. On doit savoir la gérer. Depuis 2016 ou 2017, j’ai toujours eu plus de responsabilité avec tout ce que je fais avec mon club. Nous avons montré auparavant, qu’on savait jouer avec la pression, on sait rebondir dans les moments difficiles. Le match s’annonce ouvert. Les quatre équipes aspirent à se qualifier", a-t-il ajouté. Incapable de marquer le moindre but lors des deux premiers matchs du tournoi, l’équipe nationale a montré ses limites sur le plan offensif. Interrogé sur ce manque d’éfficacité, Mahrez a relevé la nécessité d’être plus lucides, en vue du rendez-vous capital face au leader du groupe. "Je ne peux pas l’expliquer. Sur tous nos matchs avec Belmadi, on n’a pas réussi à marquer sur les deux derniers matchs uniquement. On doit plus travailler et frapper souvent au but. Nous devons rester optimistes et croire en nous, pour essayer de renverser la tendance". En tant que capitaine, Mahrez a voulu prendre ses responsabilités, et évoquer le message qu’il compte adresser à ses coéquipiers. " Le message est simple: on doit gagner. On a manqué d’éfficacité, et on doit être plus spontané dans le dernier geste. Quand on est dos au mur, on ne doit pas trop parler, tout le monde sait ce qu’il a à faire".

Enfin, Mahrez s’apprête à retrouver la Côte d’Ivoire, deux ans et demi après la confrontation en quart de finale de la CAN 2019 au stade de Suez en égypte. "En 2019, c’était déjà un 1/4 de finale, on devait tous les deux gagner pour passer. Là c’est différent, ils sont pratiquement déjà qualifiés. Ce sera un match ouvert et différent avec d’autres calculs. Les deux équipes voudront gagner", a-t-il conclu. Au terme de la 2e journée, la Côte d’Ivoire occupe la tête du classement avec 4 points, devant la Guinée équatoriale (3 pts). La Sierra-Leone suit à la 3e place (2 pts), alors que l’Algérie ferme la marche avec un seul point. Les deux premiers de chaque groupe ainsi que les quatre meilleurs troisièmes se qualifieront aux huitièmes de finale de la CAN- 2021.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel