Le Midi Libre - evénement - La prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits

Edition du 23 Septembre 2020



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Zones d’ombre
La prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits
23 Septembre 2020

Le conseiller du président de la République chargé des zones d’ombre, Brahim Merrad, a affirmé, depuis Saida, que "la prise en charge par l’Etat des besoins de la population des zones d’ombre commence à donner ses fruits sur le terrain".

Contenu"Le recensement et la prise en charge par l’Etat, des besoins de la population des zones d’ombre, commence à donner leurs fruits sur le terrain", a précisé M. Merrad, lors de sa visite de deux jours dans cette wilaya pour s’enquérir de l’état du développement local dans les zones d’ombre. "Plusieurs zones d’ombre, à travers le pays, ont enregistré la réalisation de nombreux projets de développement à même d’améliorer les conditions de vie de la population de ces zones reculées, dépourvues des commodités les plus élémentaires pour une vie décente et digne", a-t-il dit. Après avoir pris connaissance des préoccupations des citoyens de l’ensemble de ces zones, à savoir, Ouled Ahmed, Oued Falit, Sefala, El Beggar et Tal, le conseiller du président de la République a indiqué, que "tous les besoins des citoyens seront pris en charge et concrétisés". "Nous oeuvrons à concrétiser sur le terrain cette politique judicieuse adoptée par l’Etat, à travers une série de visites d’inspection à ces zones qui bénéficieront de plusieurs projets de développement à l’effet de contribuer directement à l’amélioration du cadre de vie de leur population", a-t-il déclaré.

A ce propos, il a souligné que "le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, accorde un grand intérêt à la concrétisation de ses engagements pour garantir le droit d’une vie décente et digne à la population de ces zones à travers tout le pays". M. Merrad s’est enquis longuement des préoccupations de la population des zones d’ombre de cette wilaya, qui portent dans leur ensemble sur l’Alimentation en eau potable (AEP), le raccordement au réseau électrique rural et agricole, la demande d’accès à l’aide financière pour le logement rural, les projets de réalisation des réseaux d’assainissement, le désenclavement, l’ouverture des routes et la construction d’établissements éducatifs en faveur de leurs enfants.

A cet effet, M. Merrad a rassuré les citoyens, que l’Etat allouera des fonds importants pour la concrétisation des projets non inscrits en vue de lever les contraintes et difficultés rencontrées par les habitants des régions enclavées à travers le territoire national et leur fixation dans leur région d’origine. La wilaya de Saida, qui compte 308 zones d’ombre, a enregistré 423 opérations de développement dans les secteurs des ressources en eau, des travaux publics, de l’éducation et de l’énergie, auxquelles plus de 4 milliards de dinars ont été affectés.

Rétablir la confiance société civile-institutions de l’Etat

Le conseiller auprès du président de la République, chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane, a affirmé, hier à Tamanrasset, que le rétablissement de la confiance entre la société civile et les institutions de l’Etat constituait l’amorce de l’étape d’édification de la nouvelle Algérie. "La restauration de la confiance entre la société civile et les institutions de l’Etat constituera une véritable amorce pour l’édification de l’Algérie nouvelle et la concrétisation du principe de l’action participative à laquelle tous aspirent", a indiqué M. Berramdane lors d’une rencontre tenue en présence des représentants de la société civile de la wilaya de Tamanrasset.

Il a mis en avant aussi l’intérêt accordé à la société civile dans le projet de révision de la Constitution, avant de valoriser l’implication de la société dans la préparation de ce projet, à travers la large consultationayant donné lieu à la formulation de nombreuses suggestions ayant permis d’enrichir ce projet. "Le président de la République insiste grandement sur le soutien de la société civile et l’accompagnement de son organisation", a ajouté M. Berramdane, avant de rassurer que "toutes les contraintes seront aplanies pour faire de la société civile une force de proposition et un véritable partenaire des institutions de l’Etat, à tous les échelons".Les participants à la rencontre ont, pour leur part, salué les initiatives visant à élargir les mécanismes de véritables consultation et d’implication de la société civile.

Une série de questions et de suggestions ont ainsi été avancées par les représentants de la société civile, appelant notamment à accorder davantage d’intérêt aux associations des régions du Sud, pour promouvoir leurs activités, à travers la mise en place de mécanismes d’appui et de financement de multiples activités, en plus de la suggestion de formules d’encouragement des opérateurs économiques à appuyer les diverses initiatives du mouvement associatif. La création d’une instance spécifique "Société civile" au niveau local pour l’encadrement des actions associatives et l’élaboration de textes règlementaires pour la protection des acteurs associatifs, ont également été proposées lors de cette rencontre.

Par : LAKHDARI BRAHIM

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel