Le Midi Libre - La 24 - Le Kremlin dénonce l’"ingérence" des Européens

Edition du 5 Fevrier 2019



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Venezuela
Le Kremlin dénonce l’"ingérence" des Européens
5 Fevrier 2019

Le Kremlin s’est insurgé hier contre une "ingérence" des Européensaprès la reconnaissance par plusieurscapitales de l’opposant JuanGuaido en tant que Président duVenezuela, à la suite de l’expirationde leur ultimatum adressé à NicolasMaduro, un allié de Moscou.

"Nous percevons les tentatives delégitimer l’usurpation du pouvoircomme une ingérence directe et indirecte dans les affaires intérieures duVenezuela", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité lundi par l’AFP. "Cela ne favorise en aucun cas le règlement pacifique, efficace et viable de la crise que traverse le Venezuela", a poursuivi M. Peskov, estimant que "toute solution devait être trouvée que par Vénézuéliens eux-mêmes". Plusieurs pays européens ont annoncé lundi reconnaître le président de l’Assemblée du Venezuela, Juan Guaido, en tant que


"Président en charge", l’appelant à rapidement convoquer une élection présidentielle. L’Espagne, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et le Portugal avaient donné le 26 janvier un délai de huit jours à M.Maduro pour convoquer une nouvelle élection présidentielle, faute de quoi ils reconnaîtraient M. Guaido comme Président. Ces six pays ont été rejoints dimanche par l’Autriche. Dans un entretien avec la chaîne de télévision espagnole La Sexta diffusé dimanche soir, Nicolas Maduro avait rejeté cet ultimatum, déclarant qu’il ne ferait pas preuve de "lâchetéface aux pressions" de ceux qui réclament son départ.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel