Le Midi Libre - evénement - Le FLN met le cap

Edition du 3 Novembre 2018



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Elections sénatoriales
Le FLN met le cap
3 Novembre 2018

Les préparatifs du parti du FLN pour les électionssénatoriales prévues à la findu mois de décembreprochain s’accélèrent.Entamés il y’a déjà quelquestemps, ces préparatifs vontfranchir une nouvelle étapedés aujourd’hui samedi.

En effet le secrétaire général du parti Djamal Ould Abbas, va initier unesérie de rencontres avec les éluslocaux. Le point de départ de ces rendez-vous sera en effet donné à partir dela capitale, Alger, ou le chef de file duFLN tiendra dans l’après midi d’aujourd’huiune réunion avec les élus locaux à l’effet, sans doute, de les instruiresur l’enjeu de cette échéance électoraled’une si grande portée.

Le vieuxparti accorde une grande importance àces électionsqui verront, ainsi, lerenouvellement partiel de la moitié desmembres du Conseil de la nation.Pour cette échéance 48 sièges seront mis en jeu et la bataille promet d’étretrès ardue entre le FLN et son rival detoujours, le RND. Djamal Ould Abbas,qui iradonc à la rencontre des éluslocaux de son parti puisque des rencontressimilaires à celle qui aura lieu à Alger sont prévues un peu partout surl’ensemble du territoire, n’a eu de cessede rappeler la nécessité de sortir victorieux de ce rendez-vous électoral ocombiencrucial. Ould Abbas profitera de ses rendez vous pour mobiliser sestroupes et il ne manquera pas aussi defaire l’apologie de la discipline partisaneindispensable en pareille circonstancepour espérer glaner le maximumd’acquis. Toute perte de voix servira,inéluctablement, le RND dont les élus locaux, comme ils ont eu à le confirmerlors des précédents scrutins, sont beaucoup plus disciplinés.

Le SG duFLN a , en vérité, commencé l’offensive en direction de ses élus un peu pustôt puisque il a donné des aperçus sur le comment garantir la victoire et surtoutrectifier les erreurs du passé. A cetitreil a notamment évoqué l’épineuse question de l’achat des voix plus communémentappelé la « Chkara ». «Nous nevendrons pas notre dignitépour un poste de 10 ou 100, soyezvigilants, nous lutterons contre toutetentative de corruption » a-t-il indiquéil y’a quelques semaines. Il faut direque la « chkara » est devenue une pratique courante lors de toutes les élections.Un fléau maintes fois dénoncé, mais qui semble s’être enraciné dans lesmoeurs politiques. Il touche toutes les formations politiques et pas seulement le vieux parti.

Mais Ould Abas n’a pas que cette épine à enlever puisque il aura fort à faire avec les ambitions des uns et des autres. Le FLN a toujours souffert de la multiplicationdes candidatures en son sein. Un phénomène atténué quelque peu lorsquela direction du parti a mis en place les élections primaires pour départagerles candidats. Autant dire que la partiene s’annonce pas de tout repos pourDjamal Ould Abbas et l’état major du FLN qui craignent aussi les candidatsdont la fidélité n’est pas fiable. Ced’autantque le RND est toujours à l’affut.

Par : KAMAL HAMED

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel