Le Midi Libre - Monde - Quand l’Aide publique au développement finance les ardes-côtes

Edition du 23 Juin 2018



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Libye
Quand l’Aide publique au développement finance les ardes-côtes
23 Juin 2018

Un programme européen de 46 millions d’euros a été lancé pour renforcerles capacités des gardes-côtes et gardesfrontièresen Libye, pourtant responsablesde violations des droits humains,alerte Jérôme Duval, du CADTM.En 2016, plus de 131 ONG avaientexprimé leurs vives inquiétudes quantà la direction que prend l’Union européenne (UE) dans ses relations avec les pays tiers, en faisant de la dissuasionet du retour des personnes migrantes son objectif principalau détriment de sa crédibilité dans la défense desvaleurs fondamentales et des droitshumains.Ces critiques ne semblent pas avoirperturbé l’avancée des politiques mortifèresde l’UE.

Frontex, rebaptiséeAgence européenne de garde-frontièreset de gardes-côtes, a indiqué avoir aidéau retour de plus de 10.000 personnesmigrantes en 2017, soit près de deuxfois plus qu’en 2016 et presque trois fois plus qu’en 2015. L’Agence a fait ses premiers pas dans l’établissement d’une coopération avec Israël, pays dont les antécédents en matière de traitement des réfugiés suscitent l’indignation, et participe également à la formation des gardes-côtes libyens, connus pour leurs multiples violationsdes droits humains.


La Libye est l’un des principaux pays de départ de migrants cherchant à rejoindre l’Europe en passant par la Méditerranée, voie de passage par laquelle plus de 8.000 personnes ont perdu la vie au cours des deux dernières années. Dans ce pays plongé dans la guerre civile depuis 2014, le gouvernement d’entente nationale (GEN) intérimaire, dirigé parAli FayezAl-Sarraj et soutenu par les Nations unies, ne contrôle qu’une petite partie du pays et de vastes régions sont sous l’emprise de groupes armés.

Anne-Sophie Simpere nous signale que « dès2006, l’entreprise d’armement italienne Finmeccanica – devenue depuis Leonardo – s’empresse de vendre une dizaine d’hélicoptères Augusta A109 au régime de Kadhafi, pour des missions de contrôle des frontières. Un deal à plus de 80 millions d’euros ». Malgré un embargo sur les armes voté en 2011 par le Conseil de sécurité de l’Onu et dont la levée estappuyée par la communauté internationale en 2016, celui-ci a été violé un nombre incalculable de fois par une multitude d’acteurs dont la Turquie, le Qatar ou les Émirats arabes unis.

Mais l’UE n’est pas en reste puisqu’entre 2007 et 2016, elle aurait fourni des licences d’exportation d’armes à la Libye pour plus de 1,3 milliard d’euros. La population libyenne, qui rêve de paix plus que de livraisons d’armes, n’a qu’un accès limité aux services de santé, subit des pénuries de nourriture,de carburant, d’eau et d’électricité. Selon les chiffres de l’Onu, 1,3 million de personnes nécessitaient une aide humanitaire d’urgence en 2016.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel