Le Midi Libre - evénement - Colère des consommateurs!

Edition du 19 Juin 2017



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Pénurie de lait conditionné en sachet
Colère des consommateurs!
19 Juin 2017

Les perturbations sur l’approvisionnement du lait en sachet suscite la colère et l’indignation. Les consommateurs sont en effet en ébullition à cause du manque de ce produit qui affecte le marché national.

L e sachet de lait à 25 DA est devenu tellement rare que les citoyens ont beaucoup de difficultés à le trouver. Sur plusieurs étals des marchés et épiceries, seul le lait en sachet produit par des entreprises privées est disponible pour 40 DA et parfois même à 45 DA dans certains endroits, a-t-on constaté. Les commerçants nous répondent que "le lait de sachet du groupe public n’est plus approvisionné comme avant".

Les bacs réservés à ce produit vital sont vides face à une pénurie qui persiste depuis des mois. Les autorités, qui avaient promis de régler ce problème il y a des semaines, n’ont pas élucidé ce fait grave. Le groupe Orlac qui produit le lait en sachet se trouve dans une situation difficile et fort embarrassante quant à l’approvisionnement d’un produit subventionné par l’État.

Selon une source proche de ce dossier, la pénurie est due à un manque de matière première qui est la poudre de lait dont dépend la production locale. Mais comment se fait-il que les laiteries privées disposent de cette même poudre? Et selon quel paramètre, ces entreprises privées fixent-t-elles les prix ? Pour les consommateurs, ces tarifs ne sont pas abordables puisqu’ils s’approvisionnent en quantités durant ce mois. Certains se rabattent sur d’autres marques qui sont plus onéreuses où le paquet est cédé entre 100 et 300 DA. Et ce n’est pas le rush puisque ces prix sont destinés seulement à une frange aisée des consommateurs.

L’Apoce qui est l’association qui défend les droits des consommateurs exige "un état de lieux sur cette situation". Son président Mustapha Zebdi déplore dans une déclaration publique que "un maillon est défaillant dans la chaîne de distribution et de l’approvisionnement des laiteries". Pourtant selon le ministère du Commerce "le problème de l’importation de la poudre de lait ne se pose pas" car les quotas d’importation de cette matière première ont été assurés.

De plus, on a assuré que les sachets comme emballage seront supprimés et devront être remplacés par des cartons plus hygiéniques et adaptés aux besoins du marché. Mais rien de nouveau n’a été constaté sur le nouvel emballage.

De son côté, l’Onil (office interprofessionnel du lait) reste l’institution publique qui gère la régulation et le contrôle de ce produit devenu rare. L’Office a indiqué que "la crise est temporaire et qu’il y a des engagements en faveur de plus de production" dans les mois à venir. Rappelons que la facture de l’importation a été nettement réduite pour se situer à 798,6 millions de dollars fin 2016 contre 1,91 milliard de dollars en 2015. L’État s’est engagé à produire de la poudre de lait locale pour assurer la couverture du marché national pour un projet à moyen terme.

Par : F. A.

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel